Petit Waka

Il était une fois, bien avant que la terre ne soit ronde, bien avant que les conquistadores espagnols n’accostent les côtes d’un nouveau monde. Au temps où les seuls humains peuplant les terres entre l’Inde et l’Europe portaient des plumes et avaient la peau rouge.

En ces temps et lieux, un jeune Indien et son grand père aimaient se promener sous le soleil jusqu’au bord d’une grande falaise, là  où avait poussé un arbre gigantesque et si vieux qu’il avait vu naître l’arrière grand-mère, du trisaïeul du grand-père de notre petit Indien.

Assis à l’ombre de cet ancêtre végétal, ils aimaient discuter et refaire le monde.
Parfois au travers des yeux plein d’innocence des enfants et parfois avec le regard plein de sagesse des anciens.

Un jour le vieux grand-père expliquait à son petit-fils ce qu’il sentait se passer dans son âme.
– Tu sais, mon petit Waka, tout au fond de moi, il y a un grand combat qui fait rage ?
Pas certain de comprendre ce que son grand-père lui disait, Waka ouvrit de grands yeux ronds.
Content de son effet, le grand-père poursuivit :
– Oui ! Au fond de mon âme, se battent deux grands loups. Deux loups gigantesques.
Les yeux du petit-fils s’agrandirent encore, captivé qu’il était par les paroles de son grand-père.
– Dis grand-père, pourquoi ils se battent les loups ?
– Ils ne sont pas d’accord, ce sont deux loups très forts, tu sais. Un est blanc, c’est l’amour, la compassion, l’inspiration, la sagesse, l’ouverture, la bienveillance, la responsabilité, l’acceptation, la joie. L’autre est noir, c’est la haine, l’avarice,  la peur, la lâcheté, l’orgueil, la jalousie, le refus, le jugement, l’égoïsme, la rancune.
– Whoua ! Mais ils se battent tout le temps tes loups ?
– Oui, il n’y a jamais de trêves. Tu sais, ils se battent aussi en toi.
– En moi ?
– Oui en toi ! Et à l’intérieur de chaque personne que tu croiseras sur cette terre.
– Mais dis-moi grand-père, toi qui sais tellement de choses… Lequel des loups  gagne la bagarre ?
Le grand-père réfléchit un instant et dit :
– C’est… celui que tu nourris, mon petit!

 

*Merci à Gérard pour cette histoire!

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s